Tutoriels vétérinaires : traitement contre les puces et les aoûtats chez le chat

Posted on

Contrairement au chien, chez qui piroplasmose, leishmaniose, ehrlichiose… sont des maladies répandues, le chat (tant mieux pour lui !

Les chats traités par l’une de ces deux molécules guérissent plus rapidement que les témoins non traités, et dans notre expérience, la guérison clinique est habituellement définitive. Ci-dessus à gauche : inclusion ressemblant à une morula, dans une cellule mononucléée chez un chat très séropositif pour Ehrlichia canis. Inclusions dans le cytoplasme de cellules mononucléées, chez deux chats infectés par Ehrlichia canis. Au fil des années, nous avons diagnostiqué plus de 120 cas d’hépatozoonose chez le chien dans les environs de Sommières et de Calvisson, contre trois seulement chez le chat. Les produits les plus efficaces pour la prévention de la leishmaniose chez le chien (pyréthrinoïdes) ne sont pas utilisables, car très toxiques pour le chat. De plus, ces microfilaires ne persistent généralement qu’un ou deux mois dans l’organisme, avant d’être éliminées par le système immunitaire du chat. Nous avons tout de même réussi à trouver une fois des microfilaires chez un chat, qui plus est dans ses urines ! La sérologie donnant elle aussi des résultats aléatoires, l’échographie semble le moyen de diagnostic le plus sensible pour détecter les filaires adultes dans les artères pulmonaires du chat. La prévention est importante pour les chats vivant (ou voyageant) dans les zônes à risque, inutile en dehors.

En cas d’infestation d’un enfant par des oxyures, faut-il traiter toute la famille ? Est-ce que cela peut venir des animaux domestiques (chiens, chats…) ?

  • Reconnaître les piqûres de puces du chat

Pour votre chat, s’il est véritablement infesté de puces, il est préférable de consulter le vétérinaire qui saura vous conseiller les produits les plus adaptés.

Les mêmes produits sont utilisés chez le chat pour la prévention et le traitement des puces, des tiques et des aoûtats. Les tiques sont beaucoup plus rares chez le chat que chez le chien, et transmettent surtout moins de maladies graves. Enfin, les chiens errants, chats sauvages, hérissons, renards… qui viennent tourner autour des maisons pendant la nuit, laissent dans leurs abris une grande quantité d’œufs et de déjections de puces. Faute d’une transfusion dans les plus brefs délais avec du sang de chat, ces animaux ne survivent généralement pas. Des œufs de puces ont pu être déposés dans ces endroits par l’animal de la maison lui-même, avant son traitement insecticide, ou par des chats errants ou d’autres visiteurs. En prévention : Les produits les plus efficaces que l’on utilise chez le chien (perméthrine, amitraz), sont toxiques pour le chat. Les pipettes de fipronil sont malgré tout actives sur les tiques, ainsi que d’autres spot-on plutôt indiqués pour les puces du chat. Relativement fréquents chez le chat, ce sont des acariens présents dans l’environnement (surtout dans l’herbe). Chez le Chien et le Chat, les 3 genres les plus importants sont : Le ver Dipylidium caninum vit dans l’intestin des chiens et des chats.

Traitement des puces et des tiques chez le chien et le chat

  • « Maladie des griffes du chat » – bactérie (bartonellose) responsable d’infections cutanées

Dipylidium caninum : ver adulte tel qu’il peut être trouvé dans l’intestin d’un chien ou d’un chat.

Chez l’Homme comme chez le Chien ou le Chat, avoir des Dipylidium dans l’intestin ne provoque aucun symptôme grave. Leur mode de vie est similaire : les adultes sont présents dans le tube digestif des chiens et des chats, où ils libèrent des anneaux contenant des œufs. Ces “ténias” du Chien et du Chat ne provoquent dans la plupart des cas aucun symptôme et ne sont habituellement pas transmissibles aux humains. Comme ils sont dans les selles de nos chats, ou encore dans la terre, le sable etc, ils peuvent donc être un peu partout, à « portée de main ». La teigne provoque chez le chat une perte de poils plus ou moins importante (on observe notamment des lésions à l’emporte pièce dans le pelage). La pulicose du chat est une maladie parasitaire très fréquente Les puces adultes vivent sur le chat et les larves des puces dans l’environnement. 95% des puces sont présentes dans l’environnement du chat (sols, tapis, literies, zones de couchage…) sous forme de stades immatures (œufs, larves, cocons). De même, un chat qui est contaminé par des puces (via un autre animal ou des œufs de puces présents dans l’environnement), peut attraper des vers. Des protozoaires peuvent également être parasites de l’intestin (par exemple, la giardiose est une maladie fréquente chez le jeune chat).

Lutter contre les puces du chat dans les premiers temps

  • La plupart des gens ne présentent aucuns symptômes.
  • Dans les cas graves, les nématodes peuvent se déplacer dans l’organisme et endommager les organes, y compris les yeux.

Un bon vermifuge doit entraîner la destruction des vers dans l’intestin du chat mais ne doit en aucun cas accélérer le transit pour les expulser.

Dans ce dernier cas, le chat peut également vomir des parasites (cas des jeunes chats hyperinfestés). Traiter un chat porteur de la bactérie transmettant la maladie des griffes du chat est inutile dans une famille où tous les membres sont en bonne santé. LES HELMINTHES = LES VERS : Les vers que l’on rencontre le plus souvent dans le tube digestif du chat sont les ascaris et le Dipylidium. Ils prélèvent du sang dans l’intestin grêle des chats infestés, et peuvent donc être à l’origine de spoliations sévères, avec anémie et diarrhées. 2 - Les vers cardio-respiratoires : Plus rares que les précédents, les Aelurostrongylus vivent dans le poumon des chats,  les Capillaires, dans les bronches, et Dirofilaria immitis dans le cœur. Les chats sont moins sensibles que les chiens à la dirofilariose : 6% seulement des larves inoculées au chat se transforment en vers adultes, contre plus de 55% chez le chien. Il peut être difficile de se débarrasser des coccidies, notamment dans les chatteries et autres collectivités, où les chats se recontaminent en permanence. Photos ci-dessus : différentes espèces de coccidies, dans des examens de selles de chats : en bas à droite : infestation par des ankylostomes et des coccidies, chez le même chat. Différents vermifuges ou antibiotiques éliminent efficacement les Giardia chez le chat, mais il est difficile de s’en débarrasser en collectivité, où les chats atteints se recontaminent entre eux en permanence.

Les vers ne sont pas toujours visibles dans les selles du chat

Pour les chats qui ne veulent vraiment pas manger leur comprimé appétent, on peut toujours le camoufler dans quelque chose qu’ils aiment, notamment du thon ou une demi crevette.

La brucellose Aujourd’hui rare en France, il s’agit d’une maladie bactérienne transmise par le chien ou le chat à l’homme. Pour être plus précis, ces parasites peuvent transmettre des micro-organismes qui peuvent provoquer des maladies chez le chien ou le chat. Il ne faut pas oublier que les larves de puces vivent dans l’environnement, pas sur les chiens et les chats. Echinococcose : Danger et Prévention (Homme, chien et chat) L’echinococcose est une maladie grave, lourde et potentiellement mortelle pour l’homme. Les renards, les chiens et, même quelque fois, les chats peuvent disséminer ce parasite dans votre environnement. Comme vous l’avez compris les oeufs avec lesquels l’humain se contamine se trouvent dans les selles des hôtes définitifs (renard, chien, chat). – Se laisser lécher le visage par son chien ou son chat (pour les chats qui vadrouillent en zones à risque). Chez les chiens et les chats domestiques, diagnostiquer les échinocoques dans les selles n’est pas toujours facile. Chez les chiens et les chats adultes, la contamination par les ascarides est dans la plupart des cas sans conséquence visible.

Nos conseils pour se prémunir de la transmission d’une maladie du chat

Quand un humain avale un œuf d’ascaride, celui-ci, comme chez les chiens et les chats, libère une larve microscopique qui migre dans les organes internes.

Eviter tout contact avec les chats sinon éliminer les féces du chat et L’échinococcose est une maladie parasitaire causée par des vers qui se développent dans l’intestin du chat. Si les chats en sont porteurs sans qu’ils ne développent nécessairement la maladie, ils peuvent toutefois la transmettre à l’homme, avec des conséquences graves. Notamment en traitant les puces qui peuvent contaminer votre chat, et en le vermifugeant pour éviter tout contact avec des excréments porteurs de virus, de bactéries et autres parasites. Les échinocoques sont des vers plats dont l’adulte est un parasite des renards ou des chiens, et, plus rarement, des chats. Les échinocoques ne sont pas bien dangereux pour nos animaux de compagnie, mais leur forme larvaire peut être à l’origine d’une maladie grave chez l’Homme, l’échinococcose. Chez les chiens et les chats, la présence d’échinocoques adultes dans l’intestin n’a, dans la très grande majorité des cas, aucune conséquence.